L'effroyable imposteur

03 décembre 2006

Thierry Meyssan sur la télévision iranienne : le 11 septembre n'aurait pas eu lieu sans l'aide de la Maison blanche

Le 10 septembre 2006, sur la deuxième chaîne iranienne, Muhammad Al-Asi, de l'Institut américain de la pensée islamique contemporaine, a imputé les attentats du 11 septembre au gouvernement américain, soutenu dans ses propos par Thierry Meyssan.

Al-Asi est un membre actif de plusieurs organisations islamiques ; il participe à des conférences sur l'islam à travers le monde. Début septembre, il a présenté un exposé sur le thème "L'islamophobie, ses causes et ses remèdes", dans le cadre de la seconde conférence annuelle du Congrès musulman. La brochure de la conférence définit le Congrès musulman comme "l'organisation des musulmans unis d'Amérique du Nord." (1)

Al-Asi est connu pour ses déclarations anti-américaines, anti-israéliennes et anti-juives. Dans des remarques formulées avant la Guerre du Golfe en 1990, diffusées en novembre 1994 dans le documentaire de PBS Jihad en Amérique, avec la participation du spécialiste des affaires terroristes Steve Emerson, Al-Asi a dit : "Si les Américains placent leurs forces dans le Golfe persique, nous devrons créer contre eux un autre front de guerre dans le monde musulman – précisément là où se trouvent les intérêts américains." (2)

Dans un article non daté affiché sur muslimedia.com, Al-Asi évoque le "contrôle" des Juifs des pays occidentaux et la fin d'Israël. (3) Il écrit : "Les sionistes israéliens" sont persuadés qu'ils resteront toujours en Palestine. Ils ont même réussi à convaincre l'opinion publique de ce mythe. Le lavage de cerveau requis pour cela est phénoménal… Pour appuyer leurs dires, ils nous répètent inlassablement que les Juifs sont plus forts que jamais politiquement, parce que ce sont eux qui tiennent les rênes du pouvoir en Amérique et en Russie, pour ne rien dire de leur poids sur la politique étrangère en Europe. Il suffit de savoir que les Juifs dirigent la seule superpuissance au monde, les Etats-Unis, pour comprendre qu'Israël est gardé et protégé sur tous les fronts politiques."

Voici des extraits de propos tenus par Al-Asi le 10 septembre 2006 sur la deuxième chaîne iranienne. Les autres invités étaient David Musa Pidcock, dirigeant du parti islamique de Grande Bretagne, et l'écrivain français Thierry Meyssan, qui a également accusé le gouvernement américain d'avoir participé aux attentats.

VOIR LES EXTRAITS-VIDEO SUR http://www.memritv.org/search.asp?ACT=S9&P1=1264

Présentateur : "Selon les spéculations initiales, Al-Qaïda et Oussama Ben Laden seraient les principaux coupables (des attentats du 11 septembre). Une expertise plus poussée révèle toutefois d'autres possibilités."

(…)

Muhammad Al-Asi, ancien chef du Centre islamique de Washington D.C. : "Les événements du 11 septembre ont été planifiés par le gouvernement américain et ont servi de prétexte pour combattre le terrorisme."

(…)

L'écrivain français Thierry Meyssan : "L'organisation d'actes terroristes à si grande échelle, et avec une telle précision, n'aurait pas été possible sans l'aide d'organismes gouvernementaux américains, comme la Maison blanche et le Pentagone.

(…)

Donald Rumsfeld a déclaré, plusieurs jours avant le 11 septembre, qu'une catastrophe terrible et unique en son genre allait avoir lieu. Il a appelé cet événement de ses vœux, pour qu'il y ait un bond national en avant et qu'il puisse appliquer sa politique."

(…)

David Musa Pidcock, dirigeant du parti islamique de Grande-Bretagne : "Pearl Harbour est comparable au 11 septembre en ce que ces deux événements ont été préparés à l'avance. Douze jours avant l'attaque contre Pearl Harbour, (le Secrétaire américain de la guerre) Stimson, l'un des seigneurs américains de la guerre, s'est rendu à la Maison blanche avec plusieurs commandants de la marine pour discuter de la guerre contre le Japon. Il s'agissait de trouver un moyen de faire tirer le premier coup de feu aux Japonais, sans pour autant faire courir un trop grand danger aux Américains. C'est pourquoi l'attaque contre Pearl Harbour de 1941 ressemble aux événements du 11 septembre. Nous savons très bien que le 11 septembre a été préparé avec précision."

1 www.muslimcongress.org

2 Jihad in America, novembre 1994, PBS.

3 "The Qur'an Says: Zionist Israel Will Be Shattered, " http://www.muslimedia.com/ARCHIVES/special-edition/terrorism50/zioquran.htm.

Lien

Posté par Fiammetta Venner à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Attentats de Londres : incrédulité des islamistes français

La perception des attentats de Londres par les islamistes du forum Mejliss est assez révélatrice du climat actuel. Quelques heures après les attentats on pouvait les déclarations suivantes :

- ''Pour l'instant que des bléssés légers en "état de marcher". gageons que ce soit des fous hostiles aux JO de londres ou au sommet de J8 Mais je présume que les médias vont se défouler pour mettre en accusation d'office les extrémistes musulmans comme on en a si bien l'habitude".

- " angleterre soutien fidèle, toutou sérénissime des états unis...en Iraq"

" bien sur quALQUAIDA c un pure invention de chez pa qui ,ALQUAIDA c du maquillage en fait ..... ca veux dire CIA ds le langage sionniste ,vous sviez pas??aalala"

- "Souvenez-vous des heures qui ont suivi le 11/09 et de la machine médiatique qui a été une fantastique arme, plus efficace que tout arsenal militaire, pour amener des centaines de millions de personnes à réagir comme un troupeau en acceptant sans broncher tout ce qu'on lui disait qu'il fallait faire pour garantir son mode de vie menacé (electrochoc à travers des attentats spectaculaires, désignation et diabolisation de l'ennemi et puis les guerres qui suivent...). "

- "quand vous avez une série B qui fonctionne et attire toujours autant de téléspectateurs bien que ça soit de la daube toujours identique, pourquoi ses réalisateurs changeraient-ils de recette . ainsi les terroristes sionistes n'ont aucune raison de changer de mode opératoire au cours de leurs opérations diverses et variées à travers le monde tant les médias aux ordres se précipitent comme un seul homme là où ils veulent qu'ils se précipitent..." ''

A NOTER : Le forum Mejliss dépend du site internet oumma.com, représentant la tendance de Tariq Ramadan. On peut trouver sur le forum des textes de Sayyed Qotb, l'homme qui justifiait le meurtre des "tyrans apostats" et qui a servit de base politique au meurtre de Sadate, mais aussi des textes de Mawdoudi le theoricien de l'Etat islamique. Le site oumma.com essaye quand à lui de faire plus chic, en surface seulement puisqu'on y trouve des condamnations de Taslima Nasreen et des odes à Hamidullah, à Thierry Meyssan et à Garaudy ainsi que des textes du PJD marocain.
Plusieurs personalités n'hésitent à collaborer avec le site oumma.com comme par exemple Xavier Ternisien, Vincent Geisser, Paul Ariès, Dominique Vidal, Christine Delphy, Laurent Levy, Philippe Corcuff, Bertrand Badie, François Burgat, Dounia Bouzar, Alain Soral, Nathalie Dollé, Jérôme Vidal, François Gèze, Mouloud Aounit, Alima Boumédienne, Rachid Benzine, Cecilia Baeza.

Lien

Posté par Fiammetta Venner à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LDH : L'orientation problématique confirmée

L’élection de Jean-Pierre Dubois au poste de président de la La ligue des droits de l’homme est tout sauf une rupture avec la ligne problématique de l’association. Lui qui prétend vouloir donné des leçons aux féministes, en particulier à Ni putes ni soumises, combat la seule conception de la laïcité capable de faire barrage à l'antiféminisme des religieux...

Vice-président de la LDH depuis plusieurs années, Jean-Pierre Dubois fait partie des militants favorables à une « laïcité ouverte », entendez plus ouverte au religieux et surtout à l’islam façon Tariq Ramadan.

Il a notamment écrit un texte, « La laïcité au défi du pluralisme culturel » où il plaide pour une adaptation de la laïcité en fonction des nouvelles demandes communautaires portées par l’islam, et en creux pour l’acceptation du voile à l’école : « être laïque aujourd’hui, c’est d’abord lutter contre les atteintes à la liberté de conscience — et en particulier à la liberté religieuse — et à l’égalité dans l’exercice de cette liberté. »

Ce texte est paru dans Hommes et libertés n°113/114 en juin 2001. Il s’agit des actes d’un colloque de la 6e université d’automne de la Ligue à Paris organisée le 19 novembre 2000. Parmi les intervenants phares : un certain Tariq Ramadan.

Le ton de ce colloque était donné par le carton d’invitation, qui parle d’interroger le « principe de séparation radicale » que représente la laïcité. Mais la présence de philosophes laïques convaincus, comme Henri Pena-Ruiz, peut donner le sentiment d’un certain équilibre. Il n’en est rien. L’ambiance se refroidit lorsque Henri Pena-Ruiz, qui a étudié tous les grands penseurs ayant plaidé pour une conception philosophique rationnelle, fait l’éloge d’Averroès. Ce jour-là, Tariq Ramadan s’énerve et se dévoile : « Je vous interdis de parler de MA culture ! » Cette sortie et surtout sa violence jettent un froid. Henri Pena-Ruiz, qui n’a jamais compris la culture autrement que comme un savoir universel, lui répond d’un air étonné : « Mais monsieur, que veut dire cette conception possessive de la culture. La culture appartient à tout le monde. Moi, je vous offre Voltaire et Rousseau, ce n’est pas MA culture, c’est LA culture ! » La salle applaudit à tout rompre. A la tribune, en revanche, Michel Tubiana et Driss el-Yazami font les gros yeux à Henri Pena-Ruiz. Tubiana le prie même fermement de s’abstenir d’intervenir durant la suite du débat.

Les actes du colloque parus Hommes et libertés dans sont à cette image. Dans son texte, Tariq Ramadan interdit à quiconque d’obliger les musulmans à vouloir intégrer le modèle laïque universel. Ce qu’il présente comme « un relent de colonialisme ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que la comble son souhait. Toujours dans ce colloque de la Ligue et dans ce dossier, Halima Bouali, doctorante, n’est pas loin de comparer l’universalisme à un processus d’assimilation. Serge Jakobowicz annonce le principe de séparation du religieux et du politique comme étant une caractéristique des « sociétés dites développées », tout en faisant bizarrement le lien avec le fait que « nous devons résister à l’uniformisation anglo-saxonne portée par la domination des Etats-Unis »... en adoptant une laïcité à l’américaine ? En tout cas, Jean-Paul Willaime, directeur adjoint du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité à l’EPHE (Ecole pratique des hautes études), s’abrite derrière des citations pour montrer que le contexte se prête à une évolution vers un modèle de laïcité pluraliste, autrement dit à l’américaine, « entre républicanisme crispé et multiculturalisme débridé ». Enfin, Michel Tubiana conclut sur un mode ramadien : il se veut rassurant en expliquant que personne ne songe à modifier la loi de 1905 mais propose tout de même de revoir son interprétation : « On peut légitimement s’interroger sur la pertinence de la division de la sphère publique et de la sphère privée. »

Précisons tout de même que la Ligue et sa fédération n’ont pas attendu Tariq Ramadan pour tenir des positions plus qu’ambiguës sur ce dossier. Depuis des années, certains avocats de la Ligue considèrent le respect des droits de l’homme des islamistes au Maghreb comme une priorité devant justifier tous les compromis, même avec des fascistes ou des assassins du moment qu’ils étaient emprisonnés ou opposants au régime. En Algérie, la LDH a été l’une des premières organisations infiltrée par les islamistes, au point de prendre systématiquement et sans mesure aucune en faveur des islamistes.

En France, elle se contente d’animer une commission Islam & laïcité servant de cheval de Troie aux concepts anti-laïques en permettant la collaboration entre quelques ligueurs et les élèves de Ramadan. Parmi lesquels Farid Abdelkrim, auteur de Maudite soit la France ? !, un livre dans lequel il rend hommage à Hassan al-Banna (le fondateur des Frères musulmans) et Thierry Meyssan… Pour son livre L’Effroyable Imposture.

Depuis les débuts de cette commission en 1997 (alors hébergée par la Ligue de l’enseignement), les anecdotes s’accumulent relatant des situations où l’équipe dirigeante de la LDH n’est décidément pas à la hauteur de cette institution. Elle qui était jadis un recours pour les humanistes, on la trouve désormais du côté des obscurantistes contre les partisans de la laïcité. Qu’un imam soit inquiété parce qu’il appelle à la guerre sainte et la voilà qui prend sa défense. Lorsque l’imam de Clamart, Salem Chaftar, se retrouve au cœur d’une polémique pour avoir appelé au jihad, Philippe Antzenberg, militant LDH, monte aussitôt au créneau dans la presse pour le défendre : « Je le connais assez bien, et je pense que c’est un imam traditionaliste à l’ancienne, mais en aucun cas un intégriste de combat », déclare-t-il dans Libération.

Jadis bastion des enseignants laïques, l’association flirte avec Une école pour tous et soutient systématiquement les filles souhaitant porter le foulard islamique à l’école, quitte à se battre contre les enseignants désireux de protéger l’école des influences religieuses. Les militants du Comité ornais pour la laïcité, parmi les premiers à s’être mobilisés contre le voile à l’école, en savent quelque chose. Ils n’ont toujours pas digéré la lettre de dénonciation et de menace qu’ils ont subie de la part de la LDH. En 2001, pendant des semaines, ils ont bataillé contre un parent d’élève, Mme Bayrak, qui incitait sa fille à venir voilée en classe et qui a profité d’une carence administrative pour se faire élire déléguée des parents d’élèves. Inquiets de ses positions et de sa prise d’influence, les professeurs ont tenté d’alerter autour d’eux, notamment la LDH, mais sans succès. En revanche, à la demande de Mme Bayrak, la Ligue a écrit une lettre d’intimidation dans laquelle elle met en garde le proviseur du lycée contre la tentation d’interdire le port du voile au nom du règlement intérieur. Elle menace aussi de porter plainte pour racisme contre les enseignants en question !

Que la Ligue des droits de l’homme ne partage pas l’inquiétude de ces professeurs, on peut le comprendre, mais de là à envoyer une lettre les accusant d’être racistes auprès de leur employeur, sans même les avoir appelés ou tenté de discuter avec eux, beaucoup de ces professeurs – jadis proches de la LDH et militants de la FSU – ne l’ont toujours pas digéré.

Un militant proche du Planning familial de Montpellier se souviendra également longtemps de la conférence donnée par Michel Tubiana sur la laïcité en février 2003. Au départ, les participants n’étaient que 30, principalement des sympathisants de la LDH, laïques. Au milieu de la conférence, le recteur de la Mosquée des Beaux-Arts est entré, suivi de deux femmes voilées. Puis, toutes les vingt minutes, des groupes de deux ou trois filles voilées, parfois accompagnées d’un homme, ont fait de même. A la fin de la conférence, les militants islamistes étaient plus nombreux que les participants du début. Debout près de la tribune, un homme écrivait les questions que les femmes voilées devaient poser puis leur tendait le papier : « Tiens ma sœur, tu poseras cette question. » Beaucoup de précautions pour pas grand-chose car l’orateur, Michel Tubiana, a lui-même défendu l’idée que la loi contre les signes religieux ostensibles à l’école publique servait à défendre des positions racistes. Au point qu’un militant laïque d’origine marocaine s’est senti obligé de réagir : « Monsieur Tubiana, je vous trouve plutôt pessimiste. Il y a du racisme d’accord mais la laïcité française, moi, me convient plutôt. En tout cas, je suis plus heureux de vivre dans un pays laïque comme la France qu’au Maroc. » Une parole qui lui a aussitôt valu une réponse assassine de Tubiana, tandis que les militants islamistes le huaient et le montraient du doigt : « Islamophobe ! Islamophobe ! »

Les tensions entre la direction de la Ligue et sa base sont de plus en plus fréquentes. Le changement de président aurait pu être l’occasion de faire entendre leur voix. Malheureusement, comme au MRAP, la ligne parisienne problématique vient d’être réaffirmée.

Caroline Fourest, auteure de Frère Tariq (Grasset)

Pour avoir plus d'infos sur la polémique LDH

• L'orientation problématique de la LDH confirmée Lire

• Claudie Lesselier démonte les affirmation de Jean-Pierre Dubois président de la LDH Lire

• Réponse de Jean-Pierre Dubois président de la LDH Lire

• Lettre de Claudie Lesselier à Jean-Pierre Dubois président de la LDH Lire

• Déclaration du nouveau président de la LDH Lire

Posté par Fiammetta Venner à 16:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Qui est vraiment Thierry Meyssan ?

Thierry Meyssan s'est fait connaître du grand public pour son livre, l’Effroyable imposture, selon lequel « aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone » le 11 septembre. Puisque le 11 septembre serait en réalité un complot de la CIA.

Né en 1957, il a entamé des études de sciences politiques, mais il est très vite exclu de l’IEP pour des raisons qui restent non élucidées. Il prétend « avoir été mis à la porte, sous Giscard d’Estaing pour ‘activités politiques contraires à la République’ ».

Dans les années 70, né d’une famille bordelaise conservatrice, il a un temps été l’icône du mouvement charismatique, un mouvement sectaire et intégriste chrétien. Avant d’en être exclu. Son mariage ayant été annulé pour « homosexualité » par l’Eglise catholique le 17 janvier 1990.

Il rejoint alors le mouvement homosexuel, notamment à l’association Gais pour les libertés (GPL), d’où il se fait exclure le 10 janvier 1989 après s’être fait élire — au nom de l’association mais sans l’avoir consultée — secrétaire général adjoint de l'International Lesbian and Gay Association. Il sera par la suite exclu d’autres associations gays et lesbiennes, notamment l’ILGA, pour pour s’être autoproclamé « secrétaire à l'information » (un titre qui n'existe pas),

Il prétend avoir créé la Maison des Homosexualités. Ce qui est contesté par tous ses fondateurs.

En 1990, il intervient dans l’affaire du pasteur Doucé, un religieux connu pour militer pour la dépénalisation de la pédophilie, mystérieusement assassiné, et que Meyssan fréquentait au sein du Centre du Christ Libérateur. Un local accueillant des réunions pour : « Sado-maso », « travestis », « transsexuelles » et qui consacre des mariages homosexuels. Meyssan écrira a plusieurs journaux pour attribuer sa mort à l’extrême droite avant de changer de version. Le pasteur Doucé aurait selon lui était tué par les Iraniens. Le 8 août 1990, il est entendu par la Brigade criminelle, qui ne prend pas sa déposition au sérieux. Mais Le Monde en fait état le 31 août 1990.

En revanche, en 1992, il créée le Projet Ornicar, destiné à se battre pour la liberté sexuelle, pornographique et à lutter contre la répression du proxéntisme. Le Projet Ornicar organise notamment un colloque sur le thème de « la pornographie en Europe » grâce au sponsoring de Gérard Menoud, un mécène condamné par la justice pour avoir « commercialisé des films consacrés à la représentation de la violence et aux perversions sexuelles dégradantes pour la personne humaine ».

En mars 1994, il fonde le Réseau Voltaire sur les traces du Projet Ornicar mais dans un but plus large : la défense des libertés (notamment de la liberté pornographique) mais aussi la laïcité. Le Réseau se bat notamment contre l’amendement Jolibois entré en vigueur le 1er mars 1994 et qui prévoit de punir sévèrement « le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine ».

Par la suite, le Réseau Voltaire élargira son audience et son publique en organisant des manifestations contre la commémoration de Clovis ou contre la venue du pape en France en 1996.

Thierry Meyssan se revendique de la franc-maçonnerie, bien qu’il soit très contesté dans ces milieux aussi. Il se défend en expliquant : « Je suis franc-maçon dans la lignée des philosophes des lumières. J’ai donc une conception offensive de la maçonnerie qui peut paraître surprenante au regard de la dérive conformiste, voire affairiste, de quelques loges trop connues. »

Il est aujourd’hui secrétaire du Parti radical de gauche. À ce titre, il a fait partie des équipes de campagnes de Bernard Tapie (élections européennes de 1994) et de la députée Christiane Taubira (élection présidentielle de 2002).

Il publie des enquêtes remarquées mais aussi contestées pour leur fiabilité sur l'extrême droite (en particulier sur le service d'ordre du Front national (parti français), qui mène à une enquête parlementaire), et sur l'Église catholicisme|catholique (par exemple l'Opus Dei), etc.

De 1996 à 1999, il est coordinateur suppléant du Comité national de vigilance contre l'extrême droite qui rassemble chaque semaine les 45 principaux partis politiques, syndicats et associations de gauche pour élaborer une réponse commune face à la montée de l'intolérance.

De 1999 à 2002, il succède à Emma Bonino à la tête de la Coordination radicale anti-prohibitionniste, une organisation internationale visant à lutter contre le crime organisé en mettant fin à ce qu'ils voient comme sa principale source de revenus, la prohibition des drogues.

Son livre de 2002, L'Effroyable imposture, qui présente une thèse controversée sur le 11 septembre 2001, a été un best-seller mondial, traduit en vingt-sept langues, bientôt suivi par un second, Le Pentagate.

Sa théorie présentent les attentats comme un complot interne aux États-Unis : « Les Tours jumelles, que l'on croyait être une cible civile, cachaient une cible militaire secrète. Peut-être que des milliers de personnes ont péri parce qu'elles servaient à leur insu de bouclier humain. La Tour 7 - mais peut-être aussi d'autres bâtiments et sous-sols - masquait une base de la CIA » (p.35).

Ce livre a d'abord été largement diffusée sur Internet puis son succès en librairie lui a valu un passage remarqué dans l'émission de télévision Tout le monde en parle de Thierry Ardisson, le 16 mars 2002. Thierry Meyssan a depuis présenté son livre dans le monde entier, notamment dans des pays arabes, en Amérique latine et en Europe. Il a demandé à l'Organisation des Nations unies d'ouvrir une enquête internationale sur les attentats du 11 septembre 2001, mais n'y est pas parvenu malgré le soutien que la Ligue arabe et le Conseil de coopération du Golfe lui ont apporté.

Dans l’Effroyable Imposture, Meyssan affirme que ce n’est pas un avion mais un camion qui a déchiqueté la façade du Pentagone. Il changera d’avis et de version dans un second livre, le Pentagate, où il affirme que ce n’est pas un camion mais un missile qui a détruit la façade du Pentagone.

En réalité, ses théories sont le fruit de l’imagination d’un « réseau d’experts » — à qui il rend hommage dans son livre composé d’un officier des renseignements poursuivi par la justice (Pierre-Henri Bunel), d’un commissaire membre de la direction générale des renseignements généraux (Hubert Marty-Varance), d’un passioné d'espionnage (Stéphane Jah) et d’un conspirationistes d'extrême droite (Emmanuel Ratier).

Ses théories sur le 11 septembre lui attirent de nombreux adversaires, y compris dans l'association qu'il a créée. Le développement d'une diplomatie non-gouvernementale par le Réseau Voltaire, notamment avec les Services Chinois, a provoqué des départs successifs parmi ses administrateurs. Notamment de Michle Sitbon, Jean-Luc Guilhem et Gilles Alfonsi. Dans un article paru sur amnistia.net, il proclame la « fin du Réseau Voltaire » et expliquent les raisons de leur départ sur : [http://www.amnistia.net/news/articles/voltaire/voltaire_552.htm]

Ils se disent notamment génés par des propos antisémites entendus au Conseil d’Administration et la présence de militants soutenant des thèses révisionistes

En effet, ces départs ont été compensés par l’arrivée de militants favorables au révisionismes et à l’islamisme : comme Bruno Drewski (suspendu de la revue la Pensée pour soutien à des thèses révisionistes), Claude Karnoouh (témoin à décharge lors du procès Faurisson, et co-auteur de "l'intolérable intolérance", un texte soutenant ceux qui relativisent l'existence des chambres à gaz...- et Issa el Ayoub (journaliste Syrien pro-Hezbollah et qui a défendu la chaîne Al Manhar).

Depuis le 11 septembre, le Réseau Voltaire a considérablement réonrienté sa ligne vers la lutte contre l’impérialisme américain et le Moyen-Orient. Il a édité un jeu de cartes des responsables américains singeant celui édité pour les anciens dignitaires irakiens, pris la défense du Hebollah et de Al Manhar, et édie un bulletin en ligne qui traduit les communiqués de la « résistance irakienne ».

Son site, très visité, surtout dans le monde arabe et en Amérique latine, a inauguré unhe rubrique, Flagrant délit, où l’on peut lire qu’un « agent de la CIA revendique la prise d’otages de Beslan » (17 septembre 2004) ou encore que le meurtre de Theo Van Gogh ne serait pas du à un réseau islamiste mais à un complot de la CIA pour masquer un trafic d’armes avec les Pays-Bas (« L’assassinat de Theo Van Gogh », 8 novembre 2004). Ces news sont même disponibles en plusieurs langues.

En juin 2002, Thierry Meyssan a été déclaré persona non grata sur le territoire des États-Unis par le Département de la Défense américain. Selon une statistique du Département de la Sécurité intérieure, datée de juin 2005, plus de 3 000 ouvrages ont été publiés dans le monde pour ou contre Thierry Meyssan.

L’ensemble de son parcours, depuis son engagement homosexuel à son engagement aux côtés des islamistes, en passant par le décorticage de ses méthodes d’enquêtes fort particulières, a été détaillé dans :

L'Effroyable imposteur, par la politologue Fiammetta Venner, ed Grasset, 2004, ISBN 2246656710
Pour commander ce livre : http://www.amazon.fr/gp/product/2246656710

Lien

Posté par Fiammetta Venner à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Réseau Voltaire n'est même plus anticlérical

Le Réseau Voltaire s'est fait connaître du monde laïque grâce à son rôle dans la mobilisation contre la venue du pape en 1995. Depuis le succès de L'Effroyable Imposture auprès du Monde arabo-musulman, Thierry Meyssan semble toutefois avoir perdu le goût pour la critique du religieux.

A cette date, le 4 avril, la mort du pape n'a guère suscité de réaction de la part du Réseau Voltaire. Par contre, le dernier mail en date du Réseau, annonce un entretien pro-syrien de Thierry Meyssan avec al-Arabiya, où il déclare : « La déstabilisation du Liban a été programmée de longue date ». Le Réseau s'inquiète également de la "Concentration militaire autour de l'Iran", ce qui revient à prendre la défense du régime des Mollahs, auquel Thierry Meyssan a rendu une visite officielle et chaleureuse en septembre 2002.

Le mail est daté du 1er avril. Mais contrairement aux apparences, ce n'est pas un canular.

Lien

Posté par Fiammetta Venner à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bechari intervient dans le journal du Réseau Voltaire

Mohamed Béchari, président de la Fédération nationale des musulmans de France, vient de publier une tribune dans le journal Voltaire dirigé par Thierry Meyssan, l'homme pour qui aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone.

En 2004, Mohamed Béchari avait défrayé la chronique en se faisant photographier en train d'embrasser le leader du FIS, Abassi Madani.

Lien

Posté par Fiammetta Venner à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Thierry Meyssan et Dieudonné invités par les Amis du Monde diplomatique

Les deux compères sont invités à la présentation-presse du film de Béatrice Pignède par les Amis du monde diplomatique. Le film donne d'ailleurs une large part aux théories de Thierry Meyssan. Nous reproduisons intégralement l'invitation.

"ETAT DE GUERRE un film de Béatrice Pignède et Francesco Condemi Production CLAP 36-ZALEA TV, Paris, 2005, couleur, 92 minutes

Sommes-nous dans une période comparable à celles qui ont précédé les deux guerres mondiales ? Ce film documentaire enquête sur les rives du Danube, dans les territoires occupés de Cisjordanie et dans les quartiers populaires du Venezuela pour trouver des réponses à cette question. L’historienne Annie Lacroix-Riz, le journaliste Stanko Cerovic, le Général Gallois, l’écrivain Thierry Meyssan, l’humoriste Dieudonné, Gaspar Miklos Tamas ancien député du Parlement hongrois, Oscar Negrin coordinateur de quartier à Caracas nous livrent leur analyse.

PROJECTION PRESSE, VENDREDI 4 MARS 2005, à 11 Heures CINEMA L’ENTREPOT, 7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème, M° Pernety.

SORTIE NATIONALE A PARTIR DU 9 MARS 2005 avec le parrainage des AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE"

lien

Posté par Fiammetta Venner à 16:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Thierry Meyssan : la machine à fantasmes

Dans L’Effroyabe imposteur (Grasset), Fiammetta Venner dissèque la « méthode Meyssan » et dresse le portrait glaçant de celui qui a connu un succès planétaire en affirmant qu’« aucun avion ne s’est écrasé contre le Pentagone » le 11 septembre.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le Français le plus populaire dans les pays arabes, ce n’est pas Zidane, mais Thierry Meyssan. C’est ce qu’a découvert Fiammetta Venner en 2002, lors d’un séjour à Amman, en Jordanie. « Thierry Meyssan, c’est l’honneur de la France », lui a dit le libraire, la voyant feuilleter la traduction arabe de L’Effroyable imposture (1), trônant entre le Protocole des sages de Sion et une réédition de Mein Kampf… Rentrée à Paris, Fiammetta Venner décida de s’atteler au portrait de cette vedette de la presse engagée et alternative, et de retracer minutieusement son parcours, des années soixante-dix à nos jours. Parcours tortueux, à l’image d’un charlatan sinistre qui est parvenu, à force de manœuvres, à être de tous les combats de gauche, avant de connaître enfin la gloire en s’attaquant à l’empire du mal américain et au complot sioniste. La première fois que Thierry Meyssan a eu sa photo à la « une » d’un journal, c’était en 1986, en couverture de l’hebdomadaire catholique La Vie. On le voyait place Saint-Pierre, à Rome, les bras levés, extatique, au milieu de ses compagnons du Renouveau charismatique venus célèbrer la Pentecôte au Vatican. La photo, prise dix ans plus tôt, n’était pourtant presque plus d’actualité. En 1986, Dieu n’intéresse plus beaucoup Meyssan. Il s’apprête à devenir l’un des porte-parole de la cause gay, en attendant de combattre l’extrême-droite et de batailler pour la liberté d’expression à la tête du Réseau Voltaire. Il retrouvera toutefois le Très-haut — du moins ses proches collaborateurs — en septembre 2002 : invité en Iran pour y présenter l’Effroyable imposture, il sera reçu en héros par les huiles du régime, fondamentalistes en tête. Cinq mois plus tôt, c’est à Dubaï qu’il connaissait le triomphe. Cet amoureux de la vérité a-t-il parlé avec ses nouveaux amis de ses combats passés, pour la laïcité, les droits des homosexuels, les sites pornos ?… Dans l’itinéraire soigneusement calculé de Thierry Meyssan, si les causes changent avec l’air du temps, les moyens ne varient jamais : ce sont toujours les mêmes divagations complotistes, assénées avec le même aplomb. Fiammetta Venner démontre par les faits que le délire qui a présidé à l’écriture de l’Effroyable imposture n’est pas né du jour au lendemain. Chez Meyssan, la paranoïa est autant une folie qu’un système. La machination est partout et lui sert d’explication à toutes les questions en suspens — et, à l’occasion, à régler ses comptes personnels. Il remplit les trous des enquêtes et répond aux interrogations légitimes que soulève parfois l’actualité avec des « informations » dignes du plus cinglé des mythomanes, mais qui, à chaque fois, trouvent preneur. Quand il affirme que c’est Mitterrand qui a créé le DPS (service d’ordre du Front national) pour protéger Mazarine, Noël Mamère reprend le « scoop » en direct sur LCI… Lorsqu’une explication s’effondre, il en trouve une autre. Dans ses engagemments comme dans ses thèses, Meyssan n’a pas peur du grand écart. Ainsi, le pasteur Doucé, mystérieusement assassiné, a d’abord été victime d’un complot du PS, puis d’une conspiration d’extrême-droite, avant de faire les frais d’agissements occultes du régime iranien. À l’en croire, le monde ne serait qu’un gigantesque lobby homo-facho-socialo-judéo-maçonnique. Mais loin de le considérer comme un simple affabulateur, Fiammetta Venner estime au contraire que Thierry Meyssan fait preuve d’un réel talent « pour coller à son époque et répondre à la demande ». La demande, tout le problème est là. Comme le souligne l’auteur, quand on écoute Meyssan, on se fait peut-être plaisir, mais on n’apprend rien. Il ne dit que ce que l’on attend qu’il dise. Il agite la machine à fantasmes. C’est précisément ce qui séduit chez lui. Encore aujourd’hui, malgré les élucubrations publiques de son fondateur, le Réseau Voltaire reste une source de renseignements considérée comme fiable par de nombreux journalistes et hommes politiques de gauche. Alors même que récemment, on a pu lire sur le site internet du réseau que le meurtre de Théo Van Gogh est le fait d’un complot de la CIA destiné à masquer un trafic d’armes avec les Pays-Bas… Au-delà du portrait qu’elle dresse d’un personnage peu fréquentable mais trop souvent courtisé, Fiammetta Venner s’interroge sur les devoirs de la presse militante : « Je reste impressionnée de voir à quel point cet homme a su utiliser toutes les failles, saisir toutes les opportunités, pour détourner un genre aussi noble que la presse engagée au service de sa propre gloire, au mépris de toutes les règles, celle de la vérité et surtout celle de la responsabilité. Faire ce portrait, c’était avant tout faire le procès de cette tentation conspirationniste qui empoisonne l’esprit critique et la pédagogie, deux valeurs dont le devoir d’informer ne saurait se passer ». Deux valeurs dont Meyssan, ceux qui l’écoutent, le suivent et le relaient avec gourmandise, en revanche, se passent fort bien.

Gérard Biard

1 – L’Effroyable imposture a été traduit en 25 langues et est diffusé dans plus de 50 pays.

Posté par Fiammetta Venner à 16:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Parution de l'"Effroyable Imposteur : quelques vérités sur Thierry Meyssan"

PRESENTATION DU LIVRE

Thierry Meyssan s’est fait connaître du grand public grâce à l’Effroyable Imposture, un livre proclamant qu’aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone le 11/09. Un best-seller traduit dans plus de 20 langues, en vente dans toutes les bonnes librairies du Moyen-Orient. Mais qui connaît vraiment Thierry Meyssan ?

L’homme a tour à tour été l’icône du courant sectaire chrétien charismatique, leader du mouvement gay, franc maçon et informateur privilégié des laïques, des antifascistes et des féministes, avant d’être aujourd’hui le héros des anti-américains, qu’ils soient d’extrême droite, d’extrême gauche ou islamistes… Grâce à des complots attribuant tous les malheurs du monde tantôt à l’Opus Dei, tantôt à l’extrême droite, tantôt au fantôme de François Mitterrand, tantôt à la CIA… Même le 11/09 !

Loin d’être ridiculisé par l’Effroyable imposture, son site internet, le Réseau Voltaire, n’a jamais été autant visité. Il alimente la paranoïa de militants et d’intellectuels aux quatre coins du monde, sans que personne n’ait jamais vraiment levé le voile sur les coulisses d’une telle imposture. Fiammetta Venner a choisi de le faire.

L'AUTEURE : Essayiste, directrice de publication de ProChoix, elle écrit depuis dix ans sur les réseaux intégristes, juifs, chrétiens ou musulmans, notamment dans Charlie Hebdo. Son chemin a plusieurs fois croisé celui de Meyssan, malgré elle. Ses mises en garde ont toujours été ignorées. Aujourd’hui, elle est décidée à dire ce qu’elle sait de Thierry Meyssan. Au nom du journalisme engagé. Dans l’espoir d’ouvrir un débat de fond sur les failles de l’information et sur la tentation complotiste de notre époque.

Disponible dans toutes les bonnes librairies

Pour le commander sur Amazon :

http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2246656710/402-0750007-2961738

Posté par Fiammetta Venner à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Biographie de Fiammetta Venner

Politologue (CADIS), Fiammetta Venner est auteur de nombreux essais portant sur l’extrême droite, les mouvements intégristes chrétien anti-avortement, et les mouvements islamistes.

En 1997, elle fonde la revue Prochoix avec Caroline Fourest et Moruni Turlot. Cette revue est édité par l’association du même nom, qui se bat pour la défense du libre choix au sens large, c'est-à-dire le choix de mener sa vie envers et contre tout dogme liberticide, essentialiste, raciste ou intégriste. Ses thèmes de prédilection sont la protection de la laïcité, les droits des femmes et des homosexuel-le-s.

En 1998, elle co-écrit avec Caroline Fourest un livre sur les entreprises finançant le Front national, "Le guide des Sponsors du FN". Ce qui lui a valu une campagne de presse et de des menaces de militants d'extrême droite. Ce livre a permis aux citoyens de connaître les dessous du financement de l'extrême droite mais aussi de tordre le cou à certaines rumeurs en rétablissant la vérité sur une entreprise comme Les pains Poilâne, qui avaient été accusés à tort de financer le Front national.

En 1999, elle publie avec Caroline Fourest "Les Anti-Pacs ou la dernière croisade homophobe", une enquête solide sur les mouvements anti-PaCs, leurs liens avec la droite catholique radicale et le vrai visage de Christine Boutin. En annexe, le livre rend aussi publique la liste des maires ayant signé la pétition contre le PaCS.

En 2001, elle a soutenu une thèse de Sciences Politiques sur la droite radicale française à partir de l’une des plus importantes bases de données jamais réalisées sur l’ensemble des mobilisations de l’extrême droite, toutes tendances confondues, en France. Cette thèse sera actualisée et publiée chez Grasset sous le titre de l’ « Extrême France » en septembre 2006.

En 2003, elle a coécrit un livre, "Tirs Croisés" (avec Caroline Fourest, Calmann-Lévy, 2003) sur la « laïcité à l’épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman ». S'élevant à la fois contre la stigmatisation de l'islam et contre la tentation de nier le danger intégriste islamiste, il s’est vendu à plus de 20 000 exemplaires et il est disponible en poche.

En 2004, Fiammetta Venner a publié un ouvrage sur Thierry Meyssan, "l’Effroyable Imposteur" (Grasset), retraçant le parcours ahurissant de l’auteur de "l’Effroyable imposture", ce livre prétendant qu’aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone et que le 11/09 est un complot de la CIA. Ce qui lui vaut la haine du Réseau Voltaire, l’organisation de Thierry Meyssan, et de beaucoup de complotistes actifs sur le web.

En 2005, elle a publié "OPA sur l’islam de France : les ambitions de l’UOIF" (Calmann-Lévy, 2005) dans lequel elle décortique la nature intégriste de l’UOIF et la politique irresponsable de Nicolas Sarkozy ayant institutionnalisé cette organisation au sein du Conseil Français du culte musulman.

Elle collabore à Charlie Hebdo, que des militants proches de Tariq Ramadan accuse volontiers d’être devenu « islamophobe » depuis que le journal traite de l’intégrisme musulman au même titre que de l’intégrisme chrétien.

Caroline Fourest et Fiammetta Venner démontrent dans leurs écrits que ce mot, notamment utilisé dans l’espace public par les Mollahs en Iran, servait essentiellement à disqualifier les musulmans rationalistes (comme les féministes opposés au port du voile obligatoire ou Salman Rushdie etTaslima Nasreen) en confondant en un seul terme la stigmatisation des croyants (attitude raciste) et la critique de l’islam voir de l’islamisme en tant qu’idéologie religieuse (ce qui relève de la liberté d’expression laïque).

BIBLIOGRAPHIE

Tirs croisés, La laïcité à l'épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman (avec Caroline Fourest), éditions Calmann-Lévy. ISBN 2-7021-3304-5

Les anti-pacs. Ou la dernière croisade homophobe (avec Caroline Fourest), éditions Prochoix. ASIN 2913749003

L'Effroyable Imposteur (ISBN 2246656710), critiquant Thierry Meyssan.

OPa sur l'islam de France (Calmann-Lévy, 2005)

Lien

Posté par Fiammetta Venner à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]